Syndicat Mixte Interdépartemental d'Aménagement du Chéran

Au service de nos rivières
Partager cette page sur Facebook Convertir cette page au format pdf
AccueilLe ChéranHydrologie

Hydrologie

 

L’hydrologie est la science qui s’intéresse au cycle de l’eau, c’est-à-dire aux échanges entre l’atmosphère, la surface terrestre et son sous-sol. Un moyen simple et efficace de surveillance de la quantité en eau d’un bassin versant est l’étude de la variation du débit des rivières, qui traduisent la quantité d’eau transitant entre l’amont et l’aval. Le débit est enregistré à l’aide de stations limnimétriques qui relient, en un point de la rivière, la hauteur d’eau et le volume d’eau qui transite sur toute la largeur du cours d’eau au niveau de ce point.

Crue annuelle sur le Chéran à la confluence du nant d'Aillon - JPEG - 99.6 ko
Crue annuelle sur le Chéran à la confluence du nant d’Aillon

Le Chéran se caractérise par :

  • un régime hydraulique de type nivo-pluvial avec deux maxima (printemps et automne)
  • un étiage relativement soutenu
  • un écoulement à caractère torrentiel
  • des crues peuvent être violentes et s’estomper rapidement.

Actuellement, trois stations limnimétriques sont localisées dans le bassin versant du Chéran : une sur le Chéran à hauteur de la Charniaz, une sur les Eparis et une sur la Néphaz (Figure 1).

L’enregistrement journalier du débit moyen permet de créer des graphiques descriptifs des conditions d’écoulement de l’eau des rivières au cours du temps (mois, année, décennie). La figure 2 illustre ce type de graphique.

La quantité en eau doit être toujours mise en relation avec la température des eaux qui conditionne elle aussi la vie aquatique, sa répartition et les espèces présentes. Ainsi, la figure 3 nous montre que les températures les plus importantes sont ressenties au moment où les débits de la rivière sont les plus bas, signifiant une amplification des conditions thermiques subies par les espèces aquatiques (en effet, moins d’eau signifie un échauffement plus important).

Le Chéran en étiage à Alby sur Chéran - JPEG - 342.7 ko
Le Chéran en étiage à Alby sur Chéran

Les conditions d’étiages (ou basses eaux) sont donc souvent les plus problématiques pour la vie aquatique qui dépend fortement des volumes transitant d’amont en aval. Il convient donc, pour le SMIAC mais aussi pour toutes les autorités en charge de la ressource en eau, de rester très vigilant sur la quantité d’eau disponible dans les rivières.


Jour de Crue sur le Chéran, novembre 2016 par pascalgrillet

Les images jointes

  • Localisation des stations limnimétriques dans le BV du Chéran - JPEG - 272.3 ko
    Localisation des stations limnimétriques dans le BV du Chéran

    Trois stations sont présentes (d’amont vers l’aval) : la station de La Charniaz (Chéran), la station des Éparis et la station de la Néphaz.

  • Répartition des débits mensuels moyens, journaliers maximum et minimum au cours d'une année type pour la station limnimétrique située sur le Chéran à Allèves (65 ans de données) - JPEG - 169 ko
    Répartition des débits mensuels moyens, journaliers maximum et minimum au cours d’une année type pour la station limnimétrique située sur le Chéran à Allèves (65 ans de données)
  • Répartition mensuelle des conditions thermiques et hydrologiques enregistrées dans le Chéran - JPEG - 159.5 ko
    Répartition mensuelle des conditions thermiques et hydrologiques enregistrées dans le Chéran

    (températures horaires depuis 2004 enregistrées à Moulin Janin ; débits journaliers depuis 1950). Les températures (en °C) et les débits (en m3/s) ont été moyennés par mois (lignes verte et bleue pleines) et représentés avec leurs écarts-type (lignes pointillées).